mardi 12 avril 2011

« Allô ? C’est ton corps au bout du fil… »

Que faire quand, parfois, la médecine moderne n'offre aucune solution ?
Soit qu’elle ne reconnaisse pas vos troubles comme étant une maladie, soit qu’elle puisse mettre un nom sur vos symptômes sans rien pouvoir faire pour vous en soulager…
Que faire aussi de tous ces gens qualifiés d'hypocondriaques qui courent d'un cabinet de médecin à un autre dans l'espoir qu'enfin l'un d'eux saura les écouter et pourra les soigner?

Peu d’options s’offrent alors à vous :
1-Accepter la médication que l’on vous propose (à vie parfois)
2-Chercher vos propres solutions.
Aujourd’hui de nombreux « incompris » de la médecine allopathique se tournent en désespoir de cause vers la 2ème option, en s’informant et en s’organisant sur Internet.
A chaque pathologie son forum, sa communauté d'entraide.
Ils consultent parfois des praticiens de thérapies alternatives, s’échangent leurs adresses, se conseillent des recettes de retour à la santé dans lesquelles ils placent tous leurs espoirs, décriés par les organismes de la médecine officielle, mais dont ils refusent souvent les traitements chimiques pour y préférer des solutions plus naturelles et respectueuses de leur corps.
Homéopathes, naturopathes, bio-énergéticiens…l’éventail des possibilités est bien plus large que dans un parcours classique et balisé dans lequel vous n’avez qu’à vous laisser guider!
Car ces personnes ont choisi de devenir à la fois leur propre médecin et cobaye, pour le meilleur et pour le pire!

A la page 42 du magazine Biocontact de mars 2011 résonne l’appel de la journaliste et écrivaine Sylvie Simon : « Prenons en main notre santé ».
D’après elle, « imposer le silence (aux symptômes) par des médicaments ne peut qu’exacerber le mal au lieu de l’éliminer ». La grande question étant : comment percevoir nos douleurs et symptômes ? Doit-on les écouter, les démonter les uns après les autres, comme des poupées russes, pour en découvrir les causes sous-jacentes ?
Selon Sylvie Simon « il faut découvrir quelles sont les causes premières de la maladie dont l’origine ne réside pas dans le corps physique, mais bien dans une partie plus subtile de l’être, celle qui renferme ses émotions, ses mémoires, enfouies ou pas… et qui échappera toujours aux investigations dites scientifiques. »
Ce point de vue nécessite d’adopter la vision de la médecine orientale qui prend en compte nos corps « subtils », « énergétiques », ainsi que les blocages qui se produisent dans la circulation de l’énergie, le « chi ».
Il y a peut-être lieu parfois, comme avec l’acupuncture, de redonner de l’énergie au corps, d’y favoriser un mouvement fluide,  un nouveau souffle réparateur. Et idéalement, nettoyer les corps « subtils », libérer l’être des couches de mémoires entassées là, et parfois néfastes à notre bonne santé. Comme Sylvie Simon cite le médecin anglais Edward Bach : « La personnalité sans conflits est immunisée contre la maladie. ».
Cette approche se retrouve aujourd’hui plutôt dans le monde de l’ostéopathie, si le sujet vous intéresse je vous conseille le livre de Pierre Hamon sur le sujet : La mémoire du corps. Mais aussi dans le monde de la neuropsychiatrie, notamment dans une théorie de Pierre Lévine, la SOMATIC EXPERIENCING. Pour accéder au site officiel cliquez ici.
Une brèche semble ouverte qui soit particulièrement intéressante dans la guérison des sujets.
Si l’on accepte de voir que notre corps garde en mémoire les chocs, tensions et traumatismes subis tout au long de la vie, on peut enfin choisir de s’en libérer et adopter par la suite un point de vue et des techniques qui nous permettent de pouvoir y faire face en continu. Ces traumas, conservés dans l’inconscient du corps, ne demandent qu’à sortir, d’où les divers symptômes et douleurs:
"Les symptômes traumatiques ne sont pas causés par l'événement lui-même. Ils surgissent quand l'énergie résiduelle de l'expérience n'est pas déchargée du corps. Cette énergie demeure prise au piège dans le système nerveux où elle peut faire des ravages dans nos corps et esprits." 
Peter LEVINE

En comparant nos processus traumatiques avec ceux des animaux, Pierre Lévine nous éclaire sur un aspect de notre conscience qui nous handicape réellement, c'est-à-dire notre façon "humaine" d’intérioriser les conflits intérieurs ou extérieurs.
 Elle interroge et répond à une question intrigante : pourquoi les animaux dans la nature, bien que menacés quotidiennement, sont rarement traumatisés ? Le fait de comprendre la dynamique qui rend les animaux sauvages pratiquement "immunisés" contre les symptômes traumatiques, dévoile le mystère du traumatisme humain."

   

Les animaux, eux, se libèrent de ces tensions dans l’instant. Tel est leur secret ! La proie tremble, le combattant s’agite ; l’oiseau remue ses ailes et puis… on n’en parle plus, on n’y pense plus ! Aucune rancœur ne subsiste envers l’ennemi. Plus aucune tension ne secoue leur corps.
La vie reprend son cours telle qu’elle se déroulait avant l’incident.
Alors, quelle leçon en tirer ? Comment nous défaire de ces mémoires du corps trop chargées, qui peuvent nous conduire à la maladie ? Faut-il suivre une thérapie pendant quelques années ? Parler pour vider son sac ?
Prenez un raccourci et laissez parler votre corps. Écoutez-le un peu ! Il a sa propre intelligence et des messages à vous faire passer !
Oui,  souvenez-vous, ces douleurs et symptômes, insomnies etc.
La SOMATIC EXPERIENCING a ceci de révolutionnaire qu’elle est toute inspirée par le comportement animalier et induit une gestion des émotions qui nous permet d’apprendre à écouter notre corps, à le libérer de tensions accumulées et à pouvoir les gérer par la suite.
Quel gain de temps énorme ! Pour ceux qui souhaitent suivre une thérapie mais n’aiment pas trop parler, se confier et encore moins à un professionnel, en quelques séances leurs troubles peuvent d’arranger de façon spectaculaire. Pour la plupart des patients, le nombre de séances se comptera sur les doigts d'une main! Plus besoin de passer de passer quelques années dans le cabinet d’un psy !
Le processus de guérison est un phénomène complexe qui dépend majoritairement du principal intéressé. 
Et plus que le traitement choisi, plus que le médecin ou le thérapeute élu, c’est votre propre volonté d’aller mieux qui compte!




Si vous avez aimé cet article, si vous l'avez trouvé utile, n'hésitez pas à l'envoyer par mail à vos ami(e)s ou à le partager sur les réseaux sociaux !
Une erreur est survenue dans ce gadget